• Enquête "Sexualité et Confinement"

     

    Sondage.pngCher.re.s confiné.es,

    Nous espérons que cette situation inédite n’est pas trop pénible pour vous et que vous allez bien. Il est clair cependant que cela a un impact sur notre quotidien et notre façon de vivre.

    Et qu’en est-il de notre sexualité ? C’est justement l’objet d’une étude lancée par l’université de Rouen.

    Nous vous invitons à répondre à cette enquête sincèrement et anonymement et pourquoi pas, la diffuser sur vos réseaux sociaux.

    Ce sondage a pour but d'étudier l'impact du confinement actuel sur la vie intime et sexuelle. Cet impact peut concerner le vécu de la sexualité, tant dans sa dimension corporelle que psychologique ou relationnelle. Cet impact peut également se situer au niveau des comportements sexuels, qui, pour certains, seront plus fréquemment adoptés pendant cette période alors que d'autres seront moins mobilisés. L'impact du confinement sur la vie affective et intime est bien entendu également dépendant de contraintes matérielles : selon avec qui nous sommes confiné.e.s (ou avec qui nous ne sommes pas confiné.e.s), selon notre lieu de confinement, nos comportements sexuels, nos pensées, nos émotions pourraient être différentes.

    Nous vous remercions du temps que vous accorderez à cette étude.

    En attendant de tous nous retrouver « déconfiné.es », prenez soin de vous !

  • Loin des yeux, loin du sexe ?

     

    27% des français sont confinés en solitaire...Site rencontre.jpg

    Est-ce qu'être confiné en solo signifie renoncer à toute intimité avec ses partenaires ? Et bien NON !

    Le journal Le Monde a publié un article sur ce brulant sujet le 19 avril dernier : "Loin des yeux, loin du sexe ? Pas forcément".

    La chroniqueuse Maïa Mazaurette livre 10 conseils pour optimiser la télésexualité.

    Et oui... Pourquoi pas ?

  • Témoignage de Guillaume

     

    handicap et sexualité,témoignage,assistance sexuelle

     

    Nous sommes heureux de vous présenter le courageux témoignage de Guillaume.

    Si vous aussi, vous vivez cette merveilleuse expérience et que vous souhaitez la partager aux lecteurs de notre blog, n'hésitez pas à nous contacter.

     

     

    "Je m'appelle Guillaume, j'ai 23 ans. Je suis un jeune en situation de handicap moteur mon bras gauche est paralysé et je boite.

    Je n'avais aucune sexualité et ça m'a manqué clairement dans mon développement alors en 2019 j'ai décidé de contacter des escortes sur internet.

    J'avais des critères assez précis comme une femme plus âgée et qui comprendrait ma demande, c'est à dire découvrir la sexualité. J'ai rencontré trois escortes en tout. Dont une que je vois régulièrement à présent, toutes les 2 semaines environ. Elle a un travail et une vie amoureuse, les choses sont très clair entre nous. Elle m'apporte son écoute, sa beauté et ses conseils pendant une heure.

    Je n'étais pas spécialement à l'aise de payer pour pouvoir sentir l'odeur d'une femme, embrasser ou faire l'amour. Mais un an après en aucun cas je regrette. Je pense que ça m'a pas mal aidé pour ma confiance et mon estime de soi. J'ai accepté de témoigner car certes ce que je fais est illégal mais je ne pense pas être un salaud pour autant. De plus l’accès au plaisir et à la sexualité est le meilleur des antidépresseurs. Je pense que le début de l'assistance sexuelle doit être au minimum ouvert et que la demande de la secrétaire d'état au conseil d'éthique sera favorable."