documentaire

  • Mon nom est Clitoris

    Mon nom est clitoris.jpgNous vous avons parlé dernièrement du clitoris, sujet sensible, au propre comme au figuré. Nous avons voulu vous le faire découvrir par une approche "technique", sa forme, sa fonctionnalité et ses bienfaits.

    Aujourd'hui, comme nous vous l'avions promis, nous vous parlons du documentaire "Mon nom est clitoris" qui sort aujourd'hui dans les salles.

    Un documentaire qui a déjà reçu de nombreux prix et qui dynamite les clichés sur la sexualité féminine. Les deux jeunes réalisatrices nous dévoilent une exploration sans complexe ni fausse pudeur du plaisir au féminin. Des ressentis enfouis au plus profond de nous-même...

    A leurs yeux, l’effacement du clitoris est le symbole de la méconnaissance et de la censure de la sexualité des femmes cisgenres. Il était donc primordial, pour elles deux, de le visibiliser.

  • "Laissez moi aimer" sur ARTE le 25 septembre à 22h30

    Un hymne à l'amour.PNG

    De jeunes handicapés assument leurs désirs et prennent le risque d’aimer dans le documentaire "Laissez-moi aimer"

    Sur Arte

    le mercredi 25 septembre à 22h50.

     

    «Je veux que chacun des téléspectateurs, à l'issue du film, jugent sexy les handicapés» déclare la réalisatrice du touchant documentaire, Stéphanie Pillonca (Je marcherai jusqu’à la mer, Un amour absolu), qui filme avec une grande délicatesse ceux qui pensaient ne pas ou plus pouvoir trouver l’amour, comme Pierre, jeune victime d’un AVC qui a craqué pour Aurore atteinte d'une maladie génétique rare, une «enfant de la Lune» dont la peau réagit dangereusement aux expositions au soleil et qui n’a pas de cheveux.

    Il y a aussi Thomas, infirme moteur cérébral, qui vit une histoire d’amour avec un jeune valide, Maxime. «J’avais presque fait une croix sur l’amour, tellement blindé pour ne pas souffrir. J’ai eu du mal à ouvrir mon cœur», dit-il.

    Et c'est un peu le point commun de toutes les personnes en situation de handicap qui apparaissent dans ce documentaire qui sait prendre son temps, et touche à la grâce avec ses séquences de danse. Elles ont été tournées à l’association Au nom de la danse, fondée Cécile Martinez. La chorégraphe n'a pas son pareil pour faire tomber les barrières entre personnes valides et personnes en situation de handicap…

     

    A voir absolument...