sexualité

  • Sexualité : Un monde de croyances

    Méta de choc.jpg

    Méta de Choc

    Et si on se demandait pourquoi on pense ce que l'on pense...

     

    Quelles sont nos croyances sur la sexualité, sur le rôle qu’y jouent les hommes, les femmes, et quelles conséquences ont-elles dans nos vies et celles des autres ? Quelles sont les connaissances dont nous disposons actuellement sur la santé sexuelle ? Comment peut-on accompagner au mieux les personnes victimes d’oppression ? Comment éduquer les plus jeunes ? Comment dépasser les tabous dans le respect de chacun et de chacune ? La boîte de Pandore est ouverte.

    5 podcasts des interviews de Marianne Niosi, directrice de la confédération française du Planning familial. Elle nous raconte l'histoire du planning familial, de ses actions. Elle parle de sexualité bien-sûr, de contraception, etc... Le thème du handicap y est abordé, certes de manière furtive mais il a le mérite d'être présent.Elle démonte les croyances, et explique pourquoi nous pensons ce que nous pensons. C'est instructif, éducatif. Nous vous recommandons d'écouter ces podcasts, coup de cœur de CH(s)OSE.

  • Radio Roue Libre : La Sex.U.Alité n'est pas une histoire à dormir debout

    Visuel-Radio Roue Libre-sexUalite5.png

    Radio Roue Libre, vous connaissez ?

    La radio web qui parle de vie affective, de sexualité... Tout simplement...

    Retrouvez-les lors de leur prochaine émission le  :

    mercredi 20 janvier
    de 17h à 18h30
    sur twitch.tv/apfidftv

     

     

     

    Ils aborderont, entourés de leurs invités, un vaste sujet :

    "Ne m'empêchez pas de vivre ça !"

    L'intimité est mon droit en établissement aussi...

     
    Rachida MOUNI, élue au CAPFD d'Eure-et-Loir (28) et représentante
    sur la thématique « Famille » en région Centre-Val de Loire,
     
    Jérôme DAVID, psychologue au foyer de vie APF France handicap
    Bernard Palissy de Joinville-le-pont (94),
     
    Audrey HERVOUET, psychologue clinicienne au foyer de vie du Val Fleuri
    de l'association Handi-espoir à Coex (85)‌, 
     
    Philippe HENRY, directeur du foyer de vie APF France handicap
    Bernard Palissy de Joinville-le-pont (94).

    Vous pouvez leur envoyer toutes vos questions, témoignages, suggestions, envies, sur leur boite spécifique radio.sex.u.alite@gmail.com avant l'émission, elles seront évoquées à l'antenne de manière totalement anonyme.

    Vous pouvez également participer en direct à l'émission pour y réagir,
    les questionner, partager vos expériences...
    Il suffit pour cela de composer le 01 70 95 03 50
    puis de tapez le numéro de réunion 81 75 32 93 12
    et enfin d'appuyer deux fois sur la touche dièse #.

    Et si ça vous a plus, ne manquez pas leur prochaine émission qui aura lieu le 3 février
    à la même heure au même endroit...

     

  • Focus... PLaisir ... Chères zônes érogènes

    sensual-foreplay-by-couple-46A5UTT-1 redimensionné.jpg.png

     

    Et si nous parlions plaisir...

    Sur cette thématique, nous vous proposons comme premier volet, la lecture de ce magnifique texte écrit par Audrey, que nous remercions chaleureusement de nous permettre de le partager avec vous.

     

     

    Chères zônes érogènes,

    Imaginez que le propriétaire de votre corps ne maîtrise plus bien ses gestes.

    Imaginez que ses mains qui venaient si souvent vous soulager ont perdu de leur vigueur, de leur dextérité ou de leur maîtrise, et qu’elles sont dans la quasi impossibilité de vous toucher, vous caresser, vous empoigner, ou vous frictionner ; Que vous portez désormais une protection (sorte de couche-culotte), qui en bloque même l’accès.

    Imaginez vous tributaire des autres pour pouvoir regarder un porno (ouvrir le boîtier, insérer le DVD, taper la recherche youporn, ...)  ou vous masturber (et oui désormais il faut demander à quelqu’un pour se déboutonner) 

    Imaginez vos pulsions soumises aux décisions de l’autre : aujourd’hui c’est Monique, aide soignante, qui considère que vous n'avez pas besoin de vous masturber, ou que vous n'avez pas le droit car vous l'avez déjà fait hier et qu’il a été décrété que ce n'est pas plus de deux fois par semaine (oui je suis d’accord Monique ne doit pas souvent se masturber si elle en vient à dire cela mais c’est ça aussi la sexualité des personnes dépendantes, elle est soumise au jugement de l’autre et à ses représentations, ses normes!) ; demain ça sera peut être Alice, ou Thomas, qui se montrera peut être plus clément avec vous !

    Et puis chères zones érogènes, imaginez que vous vous lassiez de cette activité solitaire, que vous ayez envie de partager cela avec quelqu’un ; Et bien vos rencontres vont être bien limitées en institution, vous vivez avec 30/40/50 personnes, depuis 10 ou 20 ans, et c’est malheureusement bien souvent dans ce cercle fermé que vous allez devoir trouver un futur partenaire ;

    Et là encore, le corps ne suivant pas toujours, vous devez demander à être mis au lit a coté de telle ou telle personne ; donc plus d’intimité ; et puis vous serez jugé pour le type de relation que vous aurez ; les équipes soignantes vous feront des réflexions, on demandera d’officialiser des relations qui sont de l’ordre du jeux sexuels en relation amoureuse pour qu’il soit accepté que de temps en temps on vous mette au lit ensemble (et ça sera définit : le lundi mercredi et peut être le vendredi pas plus ! c’est acté, c’est figé, il faut penser au collectif, au rythme de travail de chacun… « déjà que c’est pas vraiment un couple, ils se voient juste pour le sexe »,jugeront peut être certains professionnels ; n’imaginons pas si l’idée vous prenait de sortir des schémas classiques de la sexualité !

    Voilà chères zones érogènes, ce qui pourrait bien vous arriver si votre propriétaire se retrouvait handicapé (Sclérose en plaque, AVC, traumatisme crânien,…) Seriez vous résigné ou révolté ? Comment le viveriez vous ? Ne voudriez vous pas que l’on ouvre un peu les consciences sur cette question, afin qu’on cesse de vous juger, de vous limiter et qu’on vous laisse exprimer et vivre votre libido comme vous le souhaitez ?