film

  • Because of my body

    Because of my Body.png

    La plateforme Arte.tv diffuse jusqu’à fin juillet un film italien, Because of my body.
    C’est l’histoire d’une jeune fille atteinte de spina-bifida et de sa rencontre avec un assistant sexuel. 
     
    Il a semblé impératif au CA de CH(s)OSE de préciser les enjeux de ce film par rapport au contexte français :
    • Ce document semble être un documentaire alors qu’il s’agit d’un film,
    • Claudia Muffi, l’actrice principale choisie lors d’un casting, a révélé que cette expérience lui a été positive pour construire sa vie,
    • Le cadre de cette fiction est une expérimentation avec des règles très strictes supervisée par l’association italienne LoveGiver,
    • Le service qui accompagne la jeune femme dans sa découverte du corps ne compte que des hommes, ce qui semble en décalage avec l’évolution des pratiques autour de la sexualité féminine,
    • Enfin, si CH(s)OSE se réjouit que de tels films existent, nous ne partageons pas la méthodologie présentée dans ce document et nous souhaitons insister sur l’écoute et la prise en compte du besoin du bénéficiaire ainsi que sur la nécessité de formation à l’assistance sexuelle de personnes satisfaisant à certaines conditions. C’est pour ces raisons que CH(s)OSE continue de revendiquer le droit à la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap et la création de services d’accompagnement à la vie sexuelle qui offre une alternative respectueuse aux personnes concernées et à leurs proches par un cadre réglementaire et éthique.

     

    Pour le visionner : Cliquez ICI ou encore ICI

     

  • VIVANTE film d'Anoushka

    VIVANTE.jpeg

     
    Les assistantes sexuelles, fondamentales mais menacées.
    Ce métier trop méconnu et traqué par la loi française, bien que d'utilité publique, est mis en avant dans le film VIVANTE d'Anoushka.
     
    La réalisatrice explique que le choix de la réalisation de ce long métrage pornographique est un sujet politique qui s’appuie sur son expérience personnelle d’une personne vivant avec un handicap  
    «Il était important pour moi de parler de ce métier et donc du handicap visible (ou non) parce que c'est une partie de ma vie. Depuis un peu plus de dix ans, je souffre d'une maladie chronique. Au tout début, j'avais énormément de douleurs et je pensais que ma vie sexuelle était bel et bien terminée… Comme le dit le personnage de Louisa dans le film, pour moi tout était "cassé" à ce niveau-là. La vie faisant, les choses se sont améliorées et j'ai pu progressivement me reconnecter à mon corps. Cette maladie —non visible— est assez handicapante au quotidien, et j'aurais tellement aimé à l'époque connaître l'existence de l'assistance sexuelle.»
    «Sans prétention aucune, j'espère que ce film pourra éveiller les consciences sur nos privilèges de valides, et nous faire comprendre qu'à tout moment on peut se retrouver dans une situation délicate (en handicap ou en trauma). Cela n'arrive pas qu'aux autres…» 
     
  • Extra Ordinaire Gaëlle

    Extra Ordinaire Gaëlle.PNG

    Le Festival "Regards Croisés" 2019 de Saint Malo, présidé par Charlotte de Turckheim, a récompensé par deux fois un film d’animation sur la question de la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap : le grand prix du jury jeune et le prix spécial du grand jury.

    Il s’agit d’un témoignage intimiste et sans tabou qui lève les préjugés.

    Ce film en motion design "Extra Ordinaire Gaëlle" de 6 minutes a été réalisé par APF Entreprises.

    Pour voir ce film de grande qualité tant sur le fond que sur la forme : Extra Ordinaire Gaëlle