• Changement de Présidence

    Isabel Présidente.jpg

     

    Notre Présidente, Isabel da Costa, qui avait pris la relève de Julia Tabath quittera son poste après notre prochaine Assemblée Générale qui se déroulera fin juin. C’est vraiment une chance pour CH(s)OSE d’avoir été porté par ces femmes engagées et nous les en remercions chaleureusement !

    Cest donc avec fierté que nous vous proposons de prendre connaissance du traditionnel « Mot de la Présidente » 

     

    « L’évolution de notre monde a été, en 2020, déroutante et préoccupante. En plus de la« pandémie », lannée a eu aussi son lot de droits humains non respectés comme les violences sexistes, sexuelles et conjugales. Et dans cette situation de crise, nous le savons bien, les personnes en situation de handicap sont encore moins visibles et vivent des conditions parfois compliquées et particulières. Particulière, une expression que l’usage a désormais consacréAnnéparticulière, conjoncture particulière, cette année ne ressemble, particulièrement, à aucune autre. En même temps, en regardant la situation actuelle de l’association, je constate que cette année ressemble presque aux autres années. L’association a instauré des formats virtuels en mettant en place des groupes de travail puis des commissions pour échanger à distance et garder le contact. Un pari réussi puisque nous avons continué de : militer pour la reconnaissance de l’assistance sexuelle, répondre à des interviews, communiquer auprès des pouvoirs publics, etc.

     

     Je dis bien presque, car si nous avons pu poursuivre nos actions sur la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap. Leur quotidien a néanmoins été compliqué en 2020, à cause des fortes contraintes imposées par le confinement. Elles ont vu certains de leurs services habituels être interrompus, linformation accessible a parfois manqué, lisolement sest accru ainsi que les discriminations dans leur vie quotidienne. Cette crise sans précédent liée à la pandémie semble saccompagner dun recul des droits des personnes handicapées, selon les Nations Unies. « Les mesures de confinement, comme l'éloignement social et l'auto-isolement, peuvent se révéler impossibles pour ceux qui doivent compter sur les autres pour manger, s'habiller et se laver », relève Catalina Devandas, Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées. 

     

    Alors que dire de la vie intime, affective et sexuelle !   

     

    Les représentations personnelles sur la sexualité des personnes en situation de handicap, de même que le tabou que fait peser une partie de la société, sont toujours des freins importants. Ces sujets essentiels restent encore peu évoqués mais doivent pourtant être discutés, la sexualité des personnes en situation de handicap ne devrait pas demeurer en arrière-plan. De même que leur corps et leur sexualité ne sont pas et ne doivent pas être normés. « Lexpression de leur sexualité » doit être considérée comme une composante essentielle de leur citoyenneté. Cette notion englobe plusieurs dimensions comme le renforcement des liens sociaux, lestime de soi, laffectivité, le rapport au corps, le relationnel ou la parentalité… Elle fait partie intégrante de leur vie et les personnes doivent pouvoir aussi jouir de la possibilité de touchés sensuels, de lintimité à lautre et du plaisir sexuel, si elle le souhaite. Il nexiste pas encore de loi pour que les personnes puissent avoir recours légalement à lassistance sexuel. Cependant, début 2020 une porte sest ouverte qui nous a redonné lespoir que nos revendications avaient enfin été entendues. 

     

    Le 9 février 2020 a été un tournant pour nos actions, car la secrétaire d’État Sophie Cluzel a confirmé vouloir « remettre les personnes handicapées en pleine citoyenneté dans le respect et dans la dignité. (…) Cest aussi le droit à une vie intime, affective et sexuelle ». Elle a même déclaré être « favorable à laccompagnement de la vie sexuelle » des personnes handicapées par « des assistants ». Pour cela, elle a saisie le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) afin quil réexamine cette possibilité. En 2021, le chemin à parcourir nous semblera moins long, si nous obtenons une réponse positive pour mettre en place, sur toute la France, des services à laccompagnement sexuel. 

    Pour 2021, je nous souhaite la réussite de nos projets ! La vocation de CH(s)OSE est plus que jamais, de permettre aux personnes en situation de handicap davoir la possibilité d’être accompagnée dans leur la vie intime, affective et sexuelle ! » 

    Isabel Da Costa

  • Handicap et Sexualité en mode Webinaire

    H&S Parlons-en!.png

     

    Le sujet Handicap et Sexualité est de plus en plus présent dans l'actualité et les médias. Et c'est tant mieux !

    Encore la semaine dernière, un webinaire, porté par la Croix Rouge, APF France handicap et le CCAH (Comité national Coordination Action Handicap) avait pour thème :

    ACCÈS A LA SEXUALITÉ

     

     

    Qu’il s’agisse d’être amoureux, de sortir avec quelqu’un ou d’avoir une relation, de fonder une famille, chacune, chacun a le droit de mener sa vie affective, intime et sexuelle comme elle/il l’entend et avec qui elle/il l’entend. Pourtant, les personnes en situation de handicap n’ont pas toujours cette possibilité : trop de barrières subsistent encore, en particulier dans le regard que la société pose sur le handicap.

    Cet événement a permis de décrypter les enjeux autour de la reconnaissance d’une vie affective, intime et sexuelle pour toutes et tous. Ce sujet est d’autant plus d’actualité que le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) vient d’engager des travaux sur le sujet de l’assistance sexuelle. Le débat est lancé sur l'autorisation de créer des services d’accompagnement à la vie sexuelle en France.

    Chez CH(s)OSE, nous saluons les initiatives abordant ce sujet tabou. Et même si nous en voyons de plus en plus, nous pouvons faire mieux !

    Alors, parlons-en, Parlez-en !

  • Handicap : Gagner en autonomie dans la sexualité

    Journaux.jpg

     

    Handicap : Gagner en autonomie dans la sexualité.

    Le Média Social a publié le 6 mai dernier un article très complet sur ce sujet et a recueilli la parole de nombreux intervenants issus du monde associatif, politique et professionnel. CH(s)OSE a répondu immédiatement à l'appel lorsqu'ils ont été sollicité pour ce dossier.

     

    Vous vous demandez comment accéder à une vie sexuelle et affective pour des personnes en situation de grande dépendance ? L’assistance sexuelle est-elle une solution ?

    Si elle ouvre de nouveaux possibles, elle suscite toujours en France des débats juridiques et éthiques, et des questionnements sur l’autodétermination, la place des tiers à domicile et en institution.

    Pour trouver des réponses à vos questions, cliquer ICI

    Nous vous souhaitons une bonne lecture !