• Témoignage de Jean-Luc

    Témoignages.jpg

    Nous sommes heureux de vous présenter le touchant témoignage de Jean-Luc.

    Si vous aussi, vous vivez cette merveilleuse expérience et que vous souhaitez la partager aux lecteurs de notre blog, n'hésitez pas à nous contacter.

     

    "Suite à une complication de mon état de santé et à une reprise d’indépendance qui a duré plusieurs années, j’ai eu connaissance de la possibilité de faire appel à une assistante sensuelle et sexuelle. Au début un peu angoissé quant à cette relation mais sentant que cela serait un bien pour mon équilibre tant physique que psychologique, j’ai pris contact avec elle via un site informatique dédié à cette activité. D’après les recommandations de ma future AS, j’ai pris connaissance de la charte qui régit cette relation mais aussi j’ai pris des informations sur les sites associatifs. Un peu intimidé et stressé, nous nous sommes rencontrés chez moi et nous avons pris du temps pour faire connaissance et identifier mes attentes. Puis petit à petit nous avons eu des relations plus intimes.

    J’ai ressenti tout d’abord un bien-être dans mon corps : en effet ce corps qui m’avait fait souffrir pendant si longtemps et que l’on touchait uniquement pour des raisons sanitaires ou médicales, pouvait aussi m’apporter des sensations agréables et un plaisir. Ensuite un état euphorique, une quiétude que je n’avais plus ressentie depuis longtemps. Il m’a fallu un moment pour redescendre de cet état. Depuis je me sens mieux physiquement et mentalement car je retrouve un équilibre entre le bien et le mal.

    Cette sensation corporelle et psychologique est comme un besoin naturel, une thérapie à part entière, tout comme le rire dont les bienfaits sont maintenant reconnus."

    Jean-Luc

    54 ans, paraplégique depuis 17 ans

     

     

     

  • Débat assistance sexuelle au Club Le Chatelier du 10 février 2020 sur LCI

    Le CHATELIER.png

    ​Lors de l'émission le Club Le Chatelier, Bénédicte Le Chatelier décrypte l'actualité. Elle a reçu le 10 février dernier Aude Bourden, conseillère nationale Santé et Médico Sociale d'APF France handicap, à la suite de l’annonce de la Ministre Sophie Cluzel de la saisine du Comité Consultatif National d’Ethique sur l'assistance sexuelle. L'interview a été mené par Roselyne Bachelot.

    Vous pouvez revoir cet échange, qui se situe à 1:05:45 de l'émission.

     

  • BILLET D'HUMEUR

    CNH 11 février 2020.jpg

    « Une vie digne et libre, (…) c’est tout ce qui a été lancé ces derniers jours pour le droit à une vie sexuelle. C’est de la dignité et cela ne doit pas être un tabou dans notre société. »

     

    Voilà, mot pour mot, la déclaration faite par le président Emmanuel Macron, lors de la Conférence Nationale du Handicap de mardi dernier. CH(s)OSE ne peut que se réjouir de tels propos. Nous qui militons depuis tant d’années pour que la sexualité des personnes en situation de handicap ne soit plus un tabou en France, aurions-nous enfin été entendus ?

    Il semblerait que oui car cette déclaration fait suite à la saisine par Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des personnes handicapées, du CCNE (Comité Consultatif National d’Éthique) au sujet de l’assistance sexuelle. Elle se déclare "favorable à l'accompagnement de la vie sexuelle" des personnes handicapées par "des assistants", un sujet qu’elle reconnait « tabou". Le débat est donc à nouveau posé officiellement par le gouvernement. C’est une victoire !

    Le chemin sera encore long sans doute. Des débats citoyens seront probablement organisés en région. Des auditions de divers acteurs, associations ou non, favorables ou non à l’assistance sexuelle, seront organisées. Plus que jamais CH(s)OSE devra être mobilisée pendant tout ce processus. Ce qui signifie que nous aurons besoin de vous, qui nous suivez et soutenez nos actions.

    Vous en avez déjà pris connaissance, CH(s)OSE a lancé un appel à témoignages (à retrouver ici) il y a quelques temps. Nous commençons à en recevoir mais pas suffisamment. Je profite de cette occasion pour renouveler cet appel. Sans votre participation, sans votre voix, sans le partage de vos expériences, nous ne pourrons convaincre du bienfondé de nos demandes.

    Nous pouvons également nous réjouir d’une autre annonce tout aussi importante, prononcée le même jour : le financement des aides humaines et techniques à la parentalité pour les parents handicapés sera intégré dans la PCH dès 2021. Et nous le savons tous, s’il y a enfant, c’est qu’il y a de fortes chances pour qu’il y ait une vie sexuelle… et peut-être pour certains couples, cela signifie le recours à une assistance sexuelle.

    Nous revoilà au cœur des revendications de CH(s)OSE : militer en faveur d’un accès effectif à la vie affective et sexuelle des personnes en situation de handicap, notamment à travers la création de services d'accompagnement sexuel. Le gouvernement a rouvert la porte sur ces sujets. L’association CH(s)OSE veillera à ce qu’elle ne se referme pas.

    Julia Tabath

    Présidente CH(s)OSE