• Focus... PLaisir ... Chères zônes érogènes

    sensual-foreplay-by-couple-46A5UTT-1 redimensionné.jpg.png

     

    Et si nous parlions plaisir...

    Sur cette thématique, nous vous proposons comme premier volet, la lecture de ce magnifique texte écrit par Audrey, que nous remercions chaleureusement de nous permettre de le partager avec vous.

     

     

    Chères zônes érogènes,

    Imaginez que le propriétaire de votre corps ne maîtrise plus bien ses gestes.

    Imaginez que ses mains qui venaient si souvent vous soulager ont perdu de leur vigueur, de leur dextérité ou de leur maîtrise, et qu’elles sont dans la quasi impossibilité de vous toucher, vous caresser, vous empoigner, ou vous frictionner ; Que vous portez désormais une protection (sorte de couche-culotte), qui en bloque même l’accès.

    Imaginez vous tributaire des autres pour pouvoir regarder un porno (ouvrir le boîtier, insérer le DVD, taper la recherche youporn, ...)  ou vous masturber (et oui désormais il faut demander à quelqu’un pour se déboutonner) 

    Imaginez vos pulsions soumises aux décisions de l’autre : aujourd’hui c’est Monique, aide soignante, qui considère que vous n'avez pas besoin de vous masturber, ou que vous n'avez pas le droit car vous l'avez déjà fait hier et qu’il a été décrété que ce n'est pas plus de deux fois par semaine (oui je suis d’accord Monique ne doit pas souvent se masturber si elle en vient à dire cela mais c’est ça aussi la sexualité des personnes dépendantes, elle est soumise au jugement de l’autre et à ses représentations, ses normes!) ; demain ça sera peut être Alice, ou Thomas, qui se montrera peut être plus clément avec vous !

    Et puis chères zones érogènes, imaginez que vous vous lassiez de cette activité solitaire, que vous ayez envie de partager cela avec quelqu’un ; Et bien vos rencontres vont être bien limitées en institution, vous vivez avec 30/40/50 personnes, depuis 10 ou 20 ans, et c’est malheureusement bien souvent dans ce cercle fermé que vous allez devoir trouver un futur partenaire ;

    Et là encore, le corps ne suivant pas toujours, vous devez demander à être mis au lit a coté de telle ou telle personne ; donc plus d’intimité ; et puis vous serez jugé pour le type de relation que vous aurez ; les équipes soignantes vous feront des réflexions, on demandera d’officialiser des relations qui sont de l’ordre du jeux sexuels en relation amoureuse pour qu’il soit accepté que de temps en temps on vous mette au lit ensemble (et ça sera définit : le lundi mercredi et peut être le vendredi pas plus ! c’est acté, c’est figé, il faut penser au collectif, au rythme de travail de chacun… « déjà que c’est pas vraiment un couple, ils se voient juste pour le sexe »,jugeront peut être certains professionnels ; n’imaginons pas si l’idée vous prenait de sortir des schémas classiques de la sexualité !

    Voilà chères zones érogènes, ce qui pourrait bien vous arriver si votre propriétaire se retrouvait handicapé (Sclérose en plaque, AVC, traumatisme crânien,…) Seriez vous résigné ou révolté ? Comment le viveriez vous ? Ne voudriez vous pas que l’on ouvre un peu les consciences sur cette question, afin qu’on cesse de vous juger, de vous limiter et qu’on vous laisse exprimer et vivre votre libido comme vous le souhaitez ?

  • Claire, Assistante Sexuelle en Suisse

    Brise Glace.PNG

     

     

    Comment, quand on n'a jamais été travailleuse du sexe, décide-t-on d'offrir tendresse, caresses, orgasmes à de parfaits inconnus en situation de handicap ?

    Et ce, dans le seul but de soulager leurs souffrances psychiques et physiques.

    C'est pour comprendre cette forme extrême de don de soi que Brise-Glace a tendu son micro à Claire, assistante sexuelle en Suisse.

     

    Pour écouter ce témoignage touchant et inspirant, cliquez sur ce Podcast de Brise-Glace, qui s'intéresse à tout ce qu'on n'ose ni dire ni demander aux gens qui nous entourent.