07/06/2017

10 ans plus tard (4/4)

 

Et dans quelques années…

Il en aura fallu du temps et de la patience aux personnes en situation de handicap.

Des années de militantisme, de témoignages sur leur difficulté à vivre leur vie sexuelle dignement et de lobbying auprès de responsables politiques pas toujours ouverts à la discussion mais enfin l’assistance sexuelle est reconnue et légale en France.

C’est donc avec une grande émotion que l’association CH(s)OSE annonce sa dissolution, son combat pour la mise en place de service d’accompagnement à la vie sexuelle ayant remporté sa dernière victoire ! Merci à tous ces militantes et militants de l’ombre, à ces assistantes et assistants sexuels qui ont accepté les risques de leur pratique ! Grâce à la persévérance de toutes et tous, la France a enfin rejoint plusieurs de ses voisins européens où l’assistance sexuelle existe en toute légalité depuis des années et des années. Mieux vaut tard que jamais, diront certains. Nous, à CH(s)OSE, nous disons qu’il était temps que la France ouvre les yeux, sorte de l’hypocrisie qui entoure toute cette histoire et offre le choix du recours à l’assistance sexuelle quand la personne en situation de handicap le souhaite.

Pour le dernier article de notre série dédiée aux dix ans du Colloque de Strasbourg, nous voulions finir sur une note d’espoir. Un jour prochain, l’assistance sexuelle sortira de l’ombre. En attendant que ce jour arrive, CH(s)OSE continuera de militer et de rendre possible ce qui est aujourd’hui malheureusement illégal.

Voilà un édito qu’il est urgent de rendre réel !

Les commentaires sont fermés.